blank

Co-Responsabilité : Comment Renforcer sa Relation Métier / IT

Introduction : le défi de la relation Métier / IT

Vous êtes nombreux à rencontrer des difficultés dans la relation entre le métier et l’IT. Souvent, la DSI est perçue comme un simple exécutant plutôt qu’un partenaire créateur de valeur. Cet article vous propose une solution : l’instauration de la co-responsabilité dans des contextes agiles, produit ou agile à l’échelle.

Les Problèmes Courants

Du Point de Vue de l’IT

– Un manque d’implication du métier dans l’analyse et le suivi des exigences.

Du Point de Vue du Métier

– Une incompréhension de la valeur de l’IT, qui ne livre pas ce qui est demandé dans des délais raisonnables.

La Co-responsabilité Métier / IT : Un Nouveau Paradigme

Le Principe de Base

Notre approche repose sur la création de binômes co-responsables à tous les niveaux de l’organisation. Ces binômes sont composés d’un acteur métier et d’un acteur IT.

L’Acteur Métier

Il incarne le besoin, la valeur à créer et les changements à implémenter.

L’Acteur IT

Il identifie les impacts sur le système d’information, propose des alternatives et estime les coûts.

La Collaboration

Ensemble, ils trouvent le meilleur équilibre entre valeur et coût, renforçant ainsi leur collaboration et optimisant les ressources de l’organisation.

blank
La recherche d’équilibre de valeur et couts par la co-responsabilité

Le Changement de Posture : Une Nécessité

Côté IT

Il faut passer d’une posture réactive à une posture proactive, où vous conseillez, orientez et challengez le besoin.

Côté Métier

Il faut évoluer d’une posture de demandeur à une posture de collaborateur, où la valeur et les enjeux sont partagés.

Le Respect Mutuel

Dans les deux cas, le respect et la considération sont essentiels pour la réussite du binôme.

Une Structure de Co-responsabilité à Tous les Niveaux

Au Niveau Équipe

Le binôme est composé du Product Owner et de tous les membres de l’équipe.

Au Niveau Produit

Le binôme est formé du Product Manager et du System Architect.

Au Niveau Portefeuille

Le binôme inclut l’Epic Owner et l’Enterprise Architect.

Conclusion : Vers une Collaboration Fructueuse

En somme, la co-responsabilité permet une collaboration plus étroite et efficace entre le métier et l’IT. Elle favorise une meilleure utilisation des ressources et conduit à des décisions plus éclairées. Ce modèle, lorsqu’il est bien appliqué, peut transformer la dynamique de votre organisation.

N’attendez plus, faites le pas vers la co-responsabilité et récoltez les fruits d’une collaboration réussie.

Pour aller plus loin, consulter notre offre sur les modèles opérationnels.

Read More
blank

Approche Produit: les trois perspectives pour transformer votre SI

Une découpe selon trois perspectives

Les organisations traditionnelles fonctionnent souvent selon une logique de projet ou d’application. Adopter une approche orientée produit exige de trouver un équilibre subtil entre trois perspectives, chacune avec ses propres contraintes :

blank
  1. Perspective Business : Cette vue privilégie l’alignement des produits avec les besoins des clients, qu’ils soient internes ou externes, tout au long de la chaîne de valeur ou des processus métier.
    Par exemple, un produit de merchandising e-commerce pourrait servir une équipe d’e-merchandising en intégrant plusieurs applications (PIM, DAM, Intégration, Merchandising, Gestion de contenu).
    Chaine de valeur
  2. Perspective IT : Ici, l’accent est mis sur l’architecture du SI existant, sa modularité et sa capacité à évoluer. Les produits, dans cette perspective, s’alignent sur des groupes d’applications étroitement liées qui servent des étapes spécifiques de la chaîne de valeur.
    Chaine de valeur IT
  3. Perspective RH : La construction et la maintenance des produits nécessitent des compétences à la fois fonctionnelles et techniques. Une équipe produit doit disposer d’un périmètre clairement défini, avec un minimum de 5 développeurs et un maximum de 20, pour fonctionner efficacement.

L’approche produit, une question d’équilibre

La partition de votre SI en produits est un exercice d’équilibrage entre ces différentes perspectives. Cet équilibre peut être précaire au moment où vous démarrez pour de multiples raisons historiques. Vous pouvez lancer des initiatives pour l’améliorer au fil du temps. Par exemple, vous pouvez envisager des initiatives pour moderniser votre SI ou rationaliser les technologies. Ceci permet de mieux aligner le partitionnement sur vos chaînes de valeur. Vous pouvez également travailler sur l’homogénéité technologie de certains périmètres afin de faciliter la construction d’équipes pluridisciplinaires.

Les étapes de Construction de vos Produits

  1. Identifiez la chaîne de valeur que le périmètre SI doit supporter.
  2. Mappez les systèmes informatiques sur cette chaîne pour identifier leur couverture et leurs dépendances.
  3. Recensez les collaborateurs et leurs compétences associées à ces systèmes.
  4. Élaborez une première version d’une architecture SI orientée produit, puis validez et itérez jusqu’à consensus. Un produit sert une partie de la chaine de valeur. Il est constitué d’un ensemble d’applications et des personnes qui sont nécessaires à sa construction et son maintien. Vous pouvez jouer sur ces trois dimensions dans vos scénarios et évaluer leurs intérêts respectifs. 

Les acteurs Clés de la transition vers votre approche produit

Pour réussir cette transformation, vous aurez besoin :

  • D’acteurs métier : Des responsables métier pour identifier la chaîne de valeur et ses acteurs majeurs.
  • D’architectes d’entreprise : Les Architectes d’entreprise sont clés dans la définition de la chaine de valeur et l’identification des systèmes contributeurs sous-jacents. En sus, les architectes systèmes quant à eux apportent la vision des compétences techniques nécessaires pour construire et maintenir les systèmes.
  • Des représentants du cycle de développement à la production afin de valider la capacité à construire, tester et opérer les ensembles ainsi formés.
  • D’un Animateur : Une personne pour faciliter les ateliers et faire converger les différentes perspectives.

Les produits ainsi construits sont stables dans le temps car arrimés à un métier de l’organisation. Là où les technologies vont et viennent au gré des obsolescences, les produits s’adaptent au fur et à mesure à leur environnement technologique et métier. Ces produits sont de véritables assets de l’organisation.

Pour aller plus loin, voir notre offre sur l’architecture d’entreprise.

Read More
Digital,Business,Transformation,Concept,With,Arrow,Of,Compass,(3d,Rendering)

Transformation digitale, comment bien démarrer ?

La réussite d’une transformation digitale repose sur la définition claire d’objectifs SMART, la compréhension de la culture d’entreprise, l’identification de leviers de transformation, et la mise en place d’une trajectoire de transformation réaliste et ambitieuse. Il est essentiel de maintenir un rythme régulier, de communiquer efficacement, de lancer des projets pilotes et d’offrir formation et accompagnement pour une adoption réussie.

Read More
blank

Le CIO Office pilier d’une DSI moderne

Le CIO Office, ou Bureau du DSI, est un pilier essentiel pour la DSI moderne, soutenant la réalisation des objectifs stratégiques, la gestion efficace des projets, la minimisation des risques et la promotion de la collaboration. Il englobe plusieurs dimensions, allant de la gouvernance IT à la gestion des fournisseurs et partenaires, en passant par la transformation numérique et la gestion du changement. Avoir un CIO Office bien structuré n’est plus une option mais une nécessité pour toute DSI moderne cherchant à se positionner comme un acteur de l’innovation et de la transformation digitale.

Read More
blank

Intégrez efficacement SAFe dans votre modèle opérationnel

L’article discute de l’importance de comprendre et d’intégrer l’agilité à grande échelle dans les organisations pour favoriser la digitalisation. Il souligne les trois processus clés de l’agilité à grande échelle – Lean Portfolio Management, Feature Management et Story Management, et comment ceux-ci s’interconnectent avec les processus régaliens de la DSI. L’article conclut en mettant l’accent sur la nécessité d’une expertise approfondie de l’IT et du numérique pour assurer une intégration efficace de l’agilité à grande échelle, tout en proposant plusieurs facteurs clés de succès pour faciliter cette transformation.

Read More
blank

OKR et Lean-Portfolio Management, le duo gagnant

OKR et Lean-Portfolio Management, le duo gagnant, découvrez comment les combiner

Read More
blank

Agenda des formations Agile Enterprise Partner 2020

Formation Tarif Session 1Session 2Session 3Session 4
SAFe Lean Portfolio Management 3j 2600€ HT 28/01/2020 21/04/2020 07/07/2020 17/11/2020
SAFe For Architect 3j 2600€ HT 24/03/2020 16/06/2020 08/09/2020 08/12/2020
Leading SAFe 2j 1450€ HT 09/03/2020 01/06/2020 28/09/2020 14/12/2020
SAFe Agile Product and Solution Management 3j 2600€ HT A venir
Agile RH 2j A venir 02/03/2020 08/06/2020 21/09/2020 30/11/2020
Pour vous inscrire, passez par notre formulaire de contact.
Read More
blank

SAFe 5.0 : une posture (enfin) assumée sur l’évolution globale de l’organisation  ?

Comme à son habitude, le framework d’agilité à l’échelle SAFe va proposer une nouvelle version majeure, la cinquième depuis ses débuts.  

Plusieurs évolutions sont au menu, d’importance plus ou moins grandes. Par exemple, un nouvel onglet  Overview  vient résumer les « compétences » sur la page principale, l’étage  portfolio  se complète,  l’orientation client  prend une place centrale dans le framework, la notion  d’agilité business fait son apparition, … 

blank
SAFe 5 preview

Mais est-ce tout ? Pas tout à fait… 

Car là où SAFe 5.0 apporte une grande nouveauté, c’est sur sa posture vis-à-vis de la structure des entreprises. En effet, nous avions jusqu’alors un modèle orienté delivery qui ne présumait pas spécialement de la façon dont l’entreprise était organisée.  

SAFe 5.0 semble (enfin) prendre position, notamment à travers deux introductions majeures : 

  • Un 10ème  principe « Organize Around Value », qui explique ni plus ni moins comment une entreprise grandissante perd son agilité en se structurant, et propose le framework comme un « Second Operating System » pour un regain d’agilité. 
  • Deux nouvelles « compétences » (qui portent le total à 7),  Organizational Agility  et  Continuous Learning Culture, qui mettent l’emphase sur l’agilité au-delà du delivery, comme le faisait déjà la compétence  Lean Portfolio Management.  

On aurait d’ailleurs presque envie de voir cette dualité  agilité du delivery  versus  agilité structurelle  dans l’Overview, toutes deux supportées par le lean agile mindset au service d’une entreprise « orientée client ». 

Si cette tendance se confirme dans la version finale de SAFe 5.0, cela sera une grosse évolution… et sans doute un gros argument de moins pour nombre de ses détracteurs  ! 

Ces éléments nouveaux contribuent à porter l’agilité à l’échelle de l’entreprise en proposant une ébauche pour embarquer les fonctions support (RH, légal, finance, marketing) tout en intégrant la culture d’entreprise comme un facteur clé de succès pendant et après la transformation !

Nous continuerons à vous donner plus détail sur le blog au fur et à mesure que les informations arriverons. 

SAFe 5.0:  https://scaledagileframework.com/# 

Pour aller plus loin :
Nos offres de conseil en entreprise agile.

Read More
blank

Comment décliner votre stratégie plus rapidement par une gestion de portefeuille lean-agile

La gestion de portefeuille lean-agile a pour rôle de décliner la stratégie de l’entreprise en initiatives opérationnelles. C’est en quelque sorte une membrane d’échange entre l’écosystème de l’entreprise et son environnement. Elle permet l’implémentation de la stratégie et sa validation ou sa révision suite à sa mise en œuvre.

1. Dans quel but adopter une gestion de portefeuille lean-agile ?

L’essor des nouvelles technologies et l’accélération de la concurrence raccourcissent la durée de vie de s nouvelles opportunités. Cette volatilité accrue du marché vient percuter le mode d’analyse des opportunités des portefeuilles classiques, ainsi que leur capacité à aligner rapidement toute l’organisation à une nouvelle stratégie. Vous devez réduire le temps nécessaire pour lancer de nouvelles initiatives et évitez de perdre en coût d’opportunité.

De plus, la mise en place de modèles de delivery agiles à l’échelle s’accélère. Ceci vient apporter de la flexibilité à l’organisation, avec des équipes qui repriorisent régulièrement leurs taches. La gestion de portefeuille doit gagner en flexibilité pour maximiser votre production de valeur. Ceci se fait en revoyant régulièrement les initiatives prioritaires ainsi que l’effort à allouer à leur implémentation.

2. Quels en sont les mécanismes clés ?

Premièrement, le processus de gestion de portefeuille doit pouvoir gérer plusieurs types d’activité. A minima, il doit traiter distinctement l’analyse des nouvelles opportunités et le pilotage des initiatives engagées.
En amont, le processus doit capter en continu chaque nouvelle opportunité sous forme d’initiatives. Leur affinage se fait progressivement pour ne conserver que celles avec le plus haut retour sur investissement. En aval, le pilotage de l’engagement doit se traduire par une repriorisation régulière des initiatives et une réévaluation de l’effort consenti. De plus, synchroniser ces revues avec un modèle de delivery agile facilite l’alignement de toute l’organisation sur une évolution stratégique.

Deuxièmement, vous devez placer le backlog des initiatives validées au centre du processus. Les hypothèses de résultats business ou technique sont challengées régulièrement, ce vous permet une repriorisation régulière et vous garantit que votre organisation travaille toujours sur ce qui a le plus de valeur pour vos commanditaires.
On constate que ces initiatives, stratégiques, sont très différentes des projets classiques. Celles-ci nécessitent un découpage permettant d’apporter de la valeur le plus vite possible.

Troisièmement, des critères de filtrages doivent supporter ce processus. Ils doivent porter sur l’alignement avec la stratégie d’entreprise (thèmes stratégiques) et sur la disponibilité de financement. A plus haut niveau, c’est un modèle économique de priorisation qui structure l’ordonnancement des initiatives.

En complément, une organisation Produits de l’entreprise facilite le fonctionnement d’un portefeuille lean-agile, grâce  au financement capacitaire. Celui-ci rapproche la priorisation économique de la capacité opérationnelle. Cette organisation facilite aussi l’autonomie des équipes sur les chaînes de valeurs considérées.

3. Pourquoi l’adopter dès maintenant ?

Le temps passé avec une gestion de portefeuille classique représente un manque à gagner potentiel pour l’entreprise. Ce cout d’opportunité perdu joue en la faveur d’une gestion de portefeuille lean agile. D’autant qu’il n’y a pas de raisons techniques à attendre une mise en place d’un modèle agile complet pour finalement “étendre au portefeuille”.
De plus, la gestion de portefeuille regroupe plusieurs parties prenantes clés dans une organisation. Enfin, placer le sujet de sa transformation à l’ordre du jour, c’est vous assurer d’embarquer ces parties prenantes. Elles sauront devenir des agents du changement pour l’ensemble des étapes de transformation qui suivront.

Pour aller plus loin :
Nos offres de conseil en entreprise agile.

Read More